07 mars 2008

ALGERIE : LA MEMOIRE RESTITUEE, PAR BENJAMIN STORA

Dans les difficiles rapports franco-algériens, la question de la mémoire et de l’écriture de l’histoire figure parmi les questions les plus difficiles. Le problème de la restitution des archives d’Algérie n’est toujours pas réglé. Après l’indépendance de 1962, une grande majorité des archives ont été emportées en France et déposées au centre de recherches d’Aix-en-Provence. Puisque l’Algérie c’était trois départements français et non pas un protectorat, ces documents - qui traitent de l’urbanisme ou de la surveillance des partis... [Lire la suite]
Posté par AMBROISE_NPS à 10:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2008

NAITRE OU NE PAS ETRE FRANCAIS, PAR KRISTIAN FEIGELSON

Renouveler un passeport en France est devenu pour certains un parcours du combattant. Certes bien différent de celui de mes grands-parents arrivés de Russie en Europe en 1930 après un cheminement de Petrograd à Berlin puis Anvers et Paris. Fuyant l’URSS stalinienne des années 30, ils étaient parvenus dans le pays des droits de l’homme. Ils survécurent grâce à de faux papiers puis sous une fausse identité pendant l’Occupation. Terrorisés en 1941 par les lois de Vichy qui les identifiaient comme "Juifs étrangers", ils... [Lire la suite]
Posté par AMBROISE_NPS à 15:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2008

L'INSULTE A L'ESPRIT DES LOIS, PAR YVES LEMOINE

Entraîné, pour des raisons électoralistes, dans une spirale de récupération des voix les plus réactionnaires de son électorat, le président de la République connaît une tentation qui est celle de tuer ce qu’on nomme le "génie" de notre tradition juridique. Quelles que soient ses intentions en la matière, il nous semble indispensable de rappeler, ce qui est le devoir de chaque citoyen, les fondamentaux sur lesquels repose le contrat passé entre le corps social français et le pouvoir politique en régime de démocratie... [Lire la suite]
Posté par AMBROISE_NPS à 09:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2008

OLIVIER LA COUR GRANDMAISON : "L'AVENEMENT D'UNE XENOPHOBIE D'ETAT"

"Les incidents au centre de rétention de Vincennes ne sont pas des bavures, ce sont des violences structurelles" estime Olivier Le Cour Grandmaison, enseignant en sciences politiques à l’Université d’Evry-Val-d’Essonne. "Désormais il est assumé au plus haut niveau de l’Etat que l’étranger en situation irrégulière est une source de troubles et de maux. La traque, l’arrestation et l’expulsion deviennent donc une priorité nationale", analyse-t-il. Vous parlez d’un "retour des camps" qu’est-ce qui vous... [Lire la suite]
Posté par AMBROISE_NPS à 10:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 février 2008

LE SOCIALISME, LA VRAIE MODERNITE, PAR GUILLAUME BALAS

Paris est en campagne, comme le reste du pays. 36000 élections différentes et sans portée nationale ? Ce sera la thèse de tous ceux qui auront et ont intérêt à dépolitiser ce moment citoyen. Pourtant, huit mois après l’élection de l’hybride Président de la République, curieuse chimère alliant le guignol de Bonaparte et l’immaturité d’un collégien, le paysage change, en surface comme en profondeur. Pour les commentateurs le mal a un nom, et brûlant ce qu’ils ont adoré, Nicolas Sarkozy serait la source de tous les péchés.... [Lire la suite]
Posté par AMBROISE_NPS à 10:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2008

QUAND LA REPUBLIQUE GENE LE "PRESIDENT"

La Constitution gêne ! Celle que le général de Gaulle a voulue, celle que la gauche a critiquée et qu’elle a pourtant utilisée, cette Constitution-là gêne le "président" Sarkozy. Le Conseil constitutionnel, se référant au principe de non-rétroactivité de la loi pénale, censure l’application immédiate de la rétention de sûreté aux condamnés exécutant actuellement leur peine. Censure prévisible car logique au regard du droit. Mécontent de cette décision, le « président » Sarkozy demande au Premier président de la Cour de... [Lire la suite]
Posté par AMBROISE_NPS à 13:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2008

POPULISME CONSTITUTIONNEL, PAR OLIVIER DUHAMEL

Nicolas Sarkozy a eu raison de choisir comme terrain d’intervention publique le droit, la nouvelle loi sur la rétention de sûreté et les moyens de la mettre en œuvre après la décision du Conseil constitutionnel du 22 février. Il a eu raison de choisir ce domaine, parce qu’il relève par nature du domaine présidentiel. Les Français attendent de lui qu’il cesse d’être un candidat en campagne pour devenir un président en fonction. Qu’il cesse d’être ministre de tout pour devenir président de l’essentiel. Ils ne lui demandent pas des... [Lire la suite]
Posté par AMBROISE_NPS à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2008

SENIORS : A DROITE, IMPROVISATION ET AFFICHAGE

Claude Pigement, Responsable national à la santé, évoque les méfaits de la politique gouvernementale sur les personnes âgées. Une série d’engagements non tenus, à l’origine du désenchantement des seniors. Quelle lecture faites-vous de la politique menée par le gouvernement à l’égard des personnes âgées ? Nicolas Sarkozy tente de reprendre la main pour faire face à la perte de confiance de cette frange de son électorat. Les différents plans concoctés par ses soins – plan Alzheimer, plan national visant à valoriser les métiers... [Lire la suite]
Posté par AMBROISE_NPS à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2008

RETENTION DE SURETE, DE QUEL DROIT ?, PAR JEAN-DENIS BREDIN ET FRANCOIS SUREAU

Etrange situation de notre vie politique : dans la défaveur de l'opinion qui semble atteindre le président de la République, l'essentiel semble ne compter pour presque rien. L'essentiel ? Depuis six mois l'exécutif a mis à mal quelques-uns des principes qui fondent notre démocratie et sa réputation, sans susciter, semble-t-il, de véritable inquiétude. Des voix courageuses se sont fait entendre, des associations ont protesté : mais ces manquements au droit, à la liberté, pouvaient-ils desservir un gouvernement largement crédité de sa... [Lire la suite]
Posté par AMBROISE_NPS à 16:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2008

LE DEVOIR D'HISTOIRE, CONDITION DU DEVOIR DE MEMOIRE, PAR HENRI PENA-RUIZ

Les enfants juifs assassinés par les nazis n'avaient commis qu'une "faute" : celle d'être nés. Telle est la barbarie raciste : s'en prendre à un peuple comme tel. Comment comprendre ce crime collectif, dans son caractère spécifique, sans une claire distinction du crime de guerre et du crime contre l'humanité, ce crime qui vise l'humanité de l'homme et cherche à la détruire après l'avoir mise à nu ? Comment prendre la mesure du geste nazi dans le processus qui va de la stigmatisation par l'étoile cousue à l'interdiction... [Lire la suite]
Posté par AMBROISE_NPS à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]