18 janvier 2008

LA LETTRE DU NPS DE LA SECTION LEON BLUM

PS_NPS_RG_LOGOLa question sociale et la question démocratique sont au fondement même du Nouveau Parti Socialiste (NPS) et demeurent au cœur de sa réflexion politique. Sur la répartition des revenus entre le capital et le travail, nous n’avons jamais cessé de militer pour une politique économique à la fois plus efficace et plus juste qui stimule de manière durable la croissance par une aide publique constante et massive à l’investissement immatériel et par une redistribution beaucoup plus équitable des gains de productivité ou des bénéfices des entreprises afin de les inciter à investir davantage. Augmenter le pouvoir d’achat des Français est, pour tous les socialistes, un impératif au contraire, naturellement, du MEDEF et des "actionnaires de la mondialisation". Ceux-ci soutiennent l’imposture du " travailler plus pour gagner plus" qui constitue un véritable slogan pour le camp de la régression sociale car nous savons bien que les mesures prises par le gouvernement actuel, la défiscalisation des heures supplémentaires ou encore la remise en cause, dans les faits, des 35 heures seront des obstacles à l’augmentation générale des salaires et à celle du taux d’emploi. Quel drôle de manière de revaloriser le travail en favorisant encore et toujours le capital et les inégalités sociales !

On ne peut guère reprocher au Parti socialiste son action contre cette politique de classe. Il fait à peu près son job. Il en va tout autrement de la question démocratique et, aujourd’hui, de la ratification du traité européen. Par voie de presse, les militants socialistes ont appris que Jean-Marc Ayrault avait pris la décision, le 8 janvier dernier, dans un couloir de l’Assemblée nationale, de demander aux parlementaires socialistes de boycotter le Congrès de Versailles. Finalement, cette scandaleuse politique de la chaise vide ne sera pas mise en œuvre. Il reste que le choix de l’abstention revient à nier l’exigence référendaire que nous avons posé à quatre reprises et il est aussi une manière assez lâche de s’asseoir sur la souveraineté du peuple en offrant à Nicolas Sarkozy une révision constitutionnelle en blanc sur un plateau d’argent, ce qui au regard de son goût pour l’ostentatoire devrait pleinement le satisfaire. Pour nous, la seule façon acceptable de respecter la parole donnée, c’est de voter contre cette révision. C’est ce que nous, militants socialistes, nous exigeons.

Source : Editorial de La Lettre d'information du NPS - Section Léon Blum, 17 janvier 2008.

Télécharger la LETTRE


APPEL DES MILITANTS

Nous, militants du Parti socialiste, adhérent de la Section Léon Blum du 11ème arrondissement de Paris, demandons aux parlementaires socialistes de ne pas renoncer à l’exigence référendaire que nous avons posé, ensemble, à quatre reprises et donc de voter contre la révision constitutionnelle au Congrès de Versailles, seul moyen juridique - le dépôt d’une motion référendaire lors de l’examen du texte au parlement étant sans conséquence et donc inutile - de contraindre le Président de la République à respecter le principe de la souveraineté du peuple et à consulter, par référendum, les Françaises et les Français sur le nouveau traité européen.


Télécharger le  SUPPLEMENT

Si tu souhaites rejoindre cet appel,

envoie un courriel à Ambroise : ambroise_nps@yahoo.fr


Posté par AMBROISE_NPS à 03:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur LA LETTRE DU NPS DE LA SECTION LEON BLUM

Nouveau commentaire